Roseau commun, mauvaise herbe, plante nuisible

Arrivée au début des années 1900, le roseau commun, espèce exotique envahissante (EEE), est devenue non seulement la plus abondante sur notre territoire, mais aussi la plus préoccupante. Cette grande graminée, aussi connue sous le nom de phragmite commune, prend toute la place qu’elle désire une fois installée, ce qui rend la situation des plus problématiques.  

Le roseau commun cause de sérieux dommages à la biodiversité québécoise. Le vent créé par les véhicules, le ruissellement de l’eau, de même que le transport de terre lié à la construction ou à l’entretien des bordures de routes, sont tous des facteurs contribuant à sa prolifération.

Son apparence

Pour repérer facilement le roseau commun, voici quelques caractéristiques :

  • Il se développe en colonie
  • Un massif contient un minimum de 200 tiges par mètre carré
  • Sa tige est rigide et peut atteindre jusqu’à 2,5 mètres
  • Ses feuilles sont longues, minces et plates
  • Sa floraison est une grande panicule mesurant de 20 à 30 cm. Elle produit un beau plumeau comportant plusieurs rameaux.
  • À l’automne, ses panicules abordent des couleurs jaunes à rougeâtres et terminent leur saison brunâtres. Elles passeront tout l’hiver sur la tige ayant perdue ses feuilles.

Son milieu

Le roseau commun adore se développer en bordure des routes, des canaux d’irrigations, des champs des agriculteurs, et colonise de plus en plus les berges des lacs. Elle se laisse dorer par les rayons du soleil, ayant besoin de beaucoup d’ensoleillement pour se développer. L’ombre limite la germination de ses graines.

Comment s’en départir?

Pour contrôler cette espèce fortement envahissante, il est toujours préférable de faire appel à des experts afin de développer un plan de conservation stratégique et efficace. Il sera nécessaire de s’armer de rigueur et de patience. Idéalement, on doit avoir recours aux 5 actions suivantes, mises en exécution simultanément, pour être efficaces et générer des résultats satisfaisants :

  • l’extraction manuelle de rhizomes dans les petites colonies peu denses
  • la pose de bâche noire (toile) pour une période minimale d’un an
  • la coupe répétée
  • l’utilisation judicieuse d’herbicides réglementaires aux endroits possibles et autorisés
  • la plantation d’arbres et d’arbustes comme le saule, le mélèze, l’épinette et l’aulne pour créer une barrière forestière

Pour tous vos besoins et questions concernant le contrôle du roseau commun, faites confiance à Groupe Ferti, l’expert de vos espaces verts!

Période

La période pour contrôler le roseau commun s’étend de mai à octobre. Le moment idéal est de juin à la mi-juillet, car à ce stade, le plant est petit, n’a pas encore fleuri et facilite le travail des experts.

Fréquence

Les mesures de lutte doivent être répétées sur plusieurs années. Une fois en contrôle de la situation, il est nécessaire de poursuivre la lutte pour éliminer dans l’immédiat l’apparition de nouvelles colonies.

Avantage

Conserver nos espèces indigènes, comme la quenouille, et protéger notre flore

Icône calendrier avec une feuille

Calendrier horticole

À faire de début mai à fin octobre

Icône notes importantes à retenir

À retenir

  • Les colonies de roseau commun prolifèrent rapidement
  • Apprenez à le reconnaître
  • Contrôlez-le sans tarder et rigoureusement